Clichy amorce sa métamorphose urbaine

Couv_Supp Clichy

SUPPLÉMENT GRAND PARIS INFOS CLICHY-LA-GARENNE, SEPTEMBRE 2017

Un peu plus de deux ans après l’arrivée de la nouvelle équipe municipale, les projets d’aménagement sortent déjà de terre. A travers ce développement urbain maîtrisé, la municipalité mène une vraie politique d’urbanisme. Et pour cela Clichy ne manque pas d’atouts.

Comme de nombreuses communes de la petite couronne parisienne, Clichy n’a pas toujours eu la main-mise sur son urbanisme. Des années durant, la municipalité a en effet dû composer avec l’installation de certaines infrastructures trop encombrantes pour Paris et son image de ville lumière : faisceau de voies ferrées des Transiliens sur la frontière avec Levallois-Perret, fourrière dans le nord-est du territoire, station de retraitement des eaux usées en bord de Seine… Mais les temps ont changé. Désormais, ce sont des projets d’aménagement d’une toute autre nature qui fleurissent au sein de la commune située entre Paris et la Seine, s’étalant sur 308 hectares et comptant 60 000 habitants.

T3 et Grand Paris Express

Impulsés par l’entrée en service, d’ici 2018, de l’imposante Cité judiciaire de Paris, de l’autre côté du périphérique, ces projets bénéficient également de l’arrivée imminente du tramway T3 au niveau de la porte Pouchet et du prolongement de la ligne 14 dont l’une des nouvelles stations desservira les villes de Clichy et Saint-Ouen à l’horizon 2020. Articulé autour de ces grands axes de communication, le développement urbain de Clichy vise en premier lieu à proposer une offre de logements diversifiée en mettant l’accent sur l’accession à la propriété. « Nous avons d’ores et déjà lancé une étude stratégique afin de rééquilibrer la part des appartements de type familial de trois pièces et plus à l’échelle du parc de logements clichois », souligne Grégory Rocheteau directeur de l’urbanisme et de l’aménagement de Clichy-la-Garenne.

Une restructuration à multiples échelles

Toutes opérations immobilières confondues, la municipalité devrait ainsi disposer de 2600 logements supplémentaires d’ici 3 ans. Les zones d’aménagement concertés (ZAC) du Bac d’Asnières et d’Entrée de Ville ainsi que le renouvellement dans le secteur diffus de la Ville sont le fer de lance de cette croissance spectaculaire. Implantées respectivement au nord-ouest du territoire, en bord de Seine, et dans le sud, le long du périphérique, ces deux ZAC vont permettre à elles seules la création, d’ici 2020, de plus de 1000 logements supplémentaires et de 7 000 emplois directs. La ZAC du Bac d’Asnières disposera notamment d’un complexe sportif et culturel, d’un groupe scolaire, d’une crèche, d’un centre de loisirs mais aussi de 60 000 m2 de bureaux supplémentaires. La Zac Entrée de ville va quant à elle se déployer sur une large frange jouxtant le périphérique parisien. Son Objectif : améliorer la qualité de vie d’un secteur peu attractif parce que trop bruyant, souvent congestionné et en proie à l’insécurité. Pour cela, la municipalité envisage la création de continuités urbaines et de zones « renaturées » entre l’entrée de ville et le centre mais aussi et surtout entre Clichy et Paris. Dans le cœur historique où la forte densité d’habitat n’autorise pas de projets de grande envergure, la municipalité mise sur la réhabilitation de logements et la construction de nouveaux immeubles résidentiels ou de bureaux.En un peu plus de deux ans, la construction de plus de 1000 logements a déjà été autorisée à Clichy, contribuant ainsi au renouvellement du territoire et à la résorption de l’habitat indigne.

Un patrimoine mis en valeur

Les écoles, crèches et autres équipements sportifs et culturels indispensables à l’accueil des nouveaux arrivants, constituent l’une des priorités de la nouvelle municipalité. Si l’urbanisation des secteurs en déshérence et la réhabilitation des logements insalubres demeurent prioritaires pour Clichy, la ville n’en oublie pas pour autant de mettre en valeur son patrimoine architectural. Outre le pavillon Vendôme, l’église Saint-Médard et les entrepôts du Printemps, respectivement classés et inscrits Monuments historiques, la municipalité dispose de nombreux immeubles de style Art Déco qu’elle compte bien préserver. Une OPAH RU s’est concrétisée par la signature d’une convention d’une durée de 5 ans entre la Ville, l’État et l’ANAH le 4 avril 2017. Véritable guichet unique de l’aide à l’amélioration de l’habitat, les opérateurs Citallios et Soliha ont été retenus pour l’accompagnement et la mise en œuvre de ce dispositif. La ville débloquera 1,40 M€ (800 000 € d’ingénierie et 600 000 € de subvention à destination des propriétaires au cours des cinq années que durera le dispositif ). Au sud, la Maison du Peuple constitue quant à elle l’un des monuments emblématiques de Clichy. Ce bâtiment datant de 1936, qui a la particularité d’être doté de planchers, cloisons et toitures mobiles, est à l’abandon depuis des décennies provoquant son état de vétusté. Fermée au public, la Maison du Peuple devrait toutefois retrouver d’ici peu son lustre d’antan puisqu’elle fait partie, grâce à l’action de la nouvelle municipalité, des 59 sites retenus dans le cadre de l’appel à projet « Inventons la Métropole du Grand Paris » dont le lauréat sera connu début octobre parmi trois groupements composés de promoteurs, d’investisseurs et d’architectes de renom.

Carte d'identité Clichy_1

Carte d'identité Clichy_2

www.toutecrit.fr

Lorsque la Terre tremble : la science aux avant-postes

Installation de quatorze sismomètres sur le Piton de la Fournaise

CNRS LE JOURNAL, AVRIL  2019

Séismes, éruptions volcaniques, glissements de terrain… Un ouvrage collectif, rassemblant les expertises de volcanologues, de sismologues et de géophysiciens dresse un bilan des connaissances sur les phénomènes telluriques et leurs impacts potentiels à l’échelle du territoire français. Entretien avec Éric Humler, directeur-adjoint scientifique de l’Institut national des sciences de l’Univers du CNRS.

Lire la suite »

Rayonnements ionisants: L’exposition des enfants diminue

IRSN_magazine-reperes41-201904_Page_01

REPÈRES N°41, AVRIL 2019

« Plutôt que de pratiquer un scanner, il est possible de recourir à l’échographie ou à l’imagerie par résonance magnétique (IRM) pour limiter l’exposition » Lire la suite »

« Affiner le potentiel géothermique des grandes métropoles »

Trajectoire-le-mag_n16_dec2018_Page_01

TRAJECTOIRE LE MAGAZINE, DÉCEMBRE 2018

Fruit d’une collaboration entre Antea Group et le Laboratoire Sols, Roches et Ouvrages géotechniques de l’Ifsttar, la thèse CIFRE que s’apprête . soutenir Yvon Delerablée vise notamment à étudier l’impact de la circulation des nappes d’eau souterraines sur les systèmes géothermiques urbains.

Lire la suite »