Le pâturage des pelouses subalpines préserve leur biodiversité

b248-500

EN DIRECT DES LABORATOIRES, MARS 2017

Certaines de nos activités émettent de grandes quantités d’azote oxydées (NOx) ou réduites (NHx) susceptibles de perturber le fonctionnement des milieux naturels. Dans les prairies subalpines1 des Pyrénées, cela se traduit par un apport excessif d’éléments azotés. Pour la première fois, des chercheurs du Laboratoire Évolution et Diversité Biologique de Toulouse (EDB, CNRS / Université Toulouse III – Paul Sabatier / ENSFEA / IRD), du Centre d’Etudes Spatiales de la BIOsphère (CESBIO, CNRS / CNES / Université Toulouse III – Paul Sabatier / IRD) du laboratoire Biodiversité Gènes et Communautés (BIOGECO, INRA / Université de Bordeaux) et de l’Instituto Pirenaico de Ecología (Espagne) ont pu analyser les conséquences à long terme des dépôts azotés sur la biodiversité végétale de ces écosystèmes2. Alors que les scientifiques s’attendaient à une diminution du nombre d’espèces avec l’accroissement des dépôts azotés, ils ont au contraire constaté son augmentation. Dans ces zones d’alpage très pâturées, la consommation par les herbivores des plantes qui bénéficient de l’enrichissement du sol en azote semble expliquer cette contradiction. L’étude, qui s’est également intéressée à l’impact du réchauffement climatique sur ces milieux naturels, a été publiée en février dernier dans Journal of Ecology.

Les formes oxydées et réduites d’azote sont des composés chimiques provenant respectivement de la combustion d’hydrocarbures (circulation routière, chauffage, industrie,…) et de l’agriculture (engrais, élevage,…). Ces polluants atmosphériques qui participent à l’effet de serre et donc au dérèglement climatique global provoquent également l’acidification et l’eutrophisation des sols de certains écosystèmes terrestres.  Récemment, plusieurs travaux scientifiques ont mis en évidence les conséquences négatives de ces dépôts azotés sur la richesse spécifique des prairies de plaine. Seules quelques études expérimentales s’étaient en revanche focalisées jusqu’à maintenant sur les écosystèmes d’altitude.

b248-500_

Les travaux que viennent de publier cette équipe franco-espagnole offrent pour la première fois une vision spatio-temporelle de l’impact des dépôts azotés à l’échelle des Pyrénées. Les chercheurs ont pour cela compilé plus de 550 relevés floristiques réalisés depuis les années 1950 sur l’ensemble des prairies subalpines du massif montagneux et re-échantillonné une quarantaine de sites. L’analyse de ces données révèle que l’accumulation d’azote exogène a modifié de manière significative la composition des nardaies subalpines3. « Bien que ces pelouses soient aujourd’hui moins caractéristiques des sols infertiles d’altitude et plus homogènes sur le plan floristique, de façon surprenante, leur richesse spécifique a en moyenne augmenté d’un tiers en l’espace de 60 ans », constate André Pornon, enseignant-chercheur à l’Université Toulouse III – Paul Sabatier et coauteur de l’étude.

L’accroissement des dépôts azotés au sein de ce genre d’écosystème devrait pourtant favoriser les espèces capables de tirer profit de cette eutrophisation, comme certaines plantes de la famille des poacées, aux dépens d’autres espèces et ainsi faire chuter la diversité végétale. Or les résultats des scientifiques contredisent un tel scénario. Selon eux, le pâturage des prairies subalpines pyrénéennes par les troupeaux (bovins, chevaux, ovins) préserverait en fait ces milieux naturels de l’eutrophisation. « En consommant les plantes herbacées, les herbivores exportent à la fois la matière végétale et l’azote qu’elle contient, ce qui évite son accumulation dans l’écosystème tout en annihilant ses effets négatifs », explique André Pornon. L’exportation d’azote exogène en dehors du milieu serait d’autant plus efficace qu’une part importante de celui-ci est directement absorbée par le feuillage des plantes broutées par les herbivores. Afin de tester leur hypothèse, les chercheurs veulent désormais procéder à des traçages isotopiques d’azote préalablement déposé sur des parcelles expérimentales de prairie subalpine. Ils espèrent ainsi suivre le destin de cet élément chimique dans l’écosystème en fonction de son niveau de pâturage et mesurer le rôle bénéfique de cette activité sur la biodiversité des prairies.

Notes:

  1. Les pelouses subalpines s’étendent de la limite forestière, située vers 1400-1500 d’altitude dans les Pyrénées, jusqu’aux pelouses alpines à partir de 2300 m.
  2. Ces travaux  menés en collaboration avec le Conservatoire Botanique National des Pyrénées et de Midi-Pyrénées ont reçu le soutien financier de l’ADEME et de la Communauté de Travail des Pyrénées (CTP).
  3. Pelouses dominées par Nardus stricta, une plante herbacée caractéristique des alpages pyrénéens.


Photo 1:
Situé au pied du Pic du Midi d’Ossau, le lac Gentau est entouré de prairies subalpines © André Pornon
Photo 2: Alpage proche du Barrage d’Ossoue dans le massif du Vignemale © André Pornon

www.cnrs.fr

 

Lorsque la Terre tremble : la science aux avant-postes

Installation de quatorze sismomètres sur le Piton de la Fournaise

CNRS LE JOURNAL, AVRIL  2019

Séismes, éruptions volcaniques, glissements de terrain… Un ouvrage collectif, rassemblant les expertises de volcanologues, de sismologues et de géophysiciens dresse un bilan des connaissances sur les phénomènes telluriques et leurs impacts potentiels à l’échelle du territoire français. Entretien avec Éric Humler, directeur-adjoint scientifique de l’Institut national des sciences de l’Univers du CNRS.

Lire la suite »

Rayonnements ionisants: L’exposition des enfants diminue

IRSN_magazine-reperes41-201904_Page_01

REPÈRES N°41, AVRIL 2019

« Plutôt que de pratiquer un scanner, il est possible de recourir à l’échographie ou à l’imagerie par résonance magnétique (IRM) pour limiter l’exposition » Lire la suite »

Zinder renoue avec son passé

zinder_visuel_principal

CNRS LE JOURNAL, FÉVRIER 2019

La deuxième ville du Niger accueille une exposition photographique retraçant la vie quotidienne de la région au tournant des XIXe et XXe siècles, aux prémices de la colonisation par la France. Historienne à l’Institut des mondes africains, Camille Lefebvre, qui est à l’initiative du projet, revient sur ce travail qui met en lumière un passé longtemps disparu.

Lire la suite »